Moyens de feed-back

//Moyens de feed-back

Moyens de feed-back

(Last Updated On: 23 juillet 2019)

Le feedback est essentiel dans la rééducation de la PFP. Il permet au patient de contrôler ses mouvements et de les corriger afin de prévenir l’apparition des syncinésies. Si le miroir reste le moyen le plus utilisé, d’autres dispositifs existent et ont fait leur preuve. Nous vous en présentons plusieurs ici.

Miroir classique 

Le miroir est le feedback le plus utilisé. Il permet un ajustement immédiat du geste au cours de la réalisation d’une consigne. Ainsi, le patient peut contrôler visuellement ses mouvements et empêcher la manifestation d’une syncinésie.

Blanchin et Martin (2011 et 2013) estiment toutefois que travailler avec la vision d’une hémiface immobile est moins stimulant que de voir tout le visage en action. De notre côté, nous constatons que certains patients avec une paralysie sévère refusent leur reflet dans le miroir.

Feedback sensoriel 

Une équipe japonaise (Kashara et al., 2017) a mis en évidence l’intérêt d’utiliser de l’adhésif sur la peau afin de ressentir les mouvements musculaires et inhiber les syncinésies au niveau labial.

Photos/vidéos classiques 

Filmer et/ou photographier le patient est utile pour apprécier l’ampleur de la paralysie, les difficultés de mobilisation musculaire et la qualité de la récupération. Cette démarche nécessite le consentement du patient.

En revanche, ces supports ne permettent pas un ajustement direct du geste facial puisqu’ils offrent un feedback différé. Ils sont donc plutôt indiqués en bilan en tant qu’illustration de l’évolution ou pour permettre une remémoration des exercices à suivre.

V3M 

Le V3M est un système technologique qui associe la Vidéo (le V) à trois autres fonctions (les 3 M) que sont le Miroir, la Macro et la Mémoire (Clouteau, 2002).

  • Miroir : Le patient est filmé par une caméra, reliée à un écran. L’image vidéo est modifiée et diffusée en inversé pour créer un effet miroir. La prise de repère est ainsi facilitée pour le patient.
  • Macro : On fait référence au zoom, qui permet de réaliser un plan rapproché sur la zone à travailler. Le patient n’est ainsi plus prisonnier de l’inertie contemplative puisqu’il se focalise sur une partie précise du visage ou sur un groupe musculaire cible. La concentration n’en est que meilleure.
  • Mémoire : Le patient est enregistré au fur et à mesure, ce qui lui permet de suivre sa progression dans le temps, de corriger ses mouvements et d’acquérir de nouveaux repères.

Bio feedback électromagnétique 

Le bio feedback électromagnétique ou électro-myo feedback permet un auto-contrôle du mouvement qui utilise l’EMG de surface. Il consiste à enregistrer l’activité électrique du muscle (dans les mouvements volontaires et involontaires) et l’exprime sous forme de témoin visuel (tracé graphique) et sonore. Différents modèles d’appareil existent sur le marché, associés ou non à un logiciel de recueil de données.

Des électrodes de surface sont placées de manière à être proches du point moteur du muscle. Elles sont préférentiellement de petit diamètre et non collantes afin de permettre une analyse plus fine et une application plus aisée sur certains muscles. On les pose sur chacune des hémifaces afin de comparer le côté sain et le côté paralysé.

Son utilisation offre un feedback stimulant qui permet la mise en place d’une boucle de rétro-contrôle efficace : il alerte toute apparition de syncinésie, offrant au patient la possibilité de reprendre le mouvement en inhibant cette dernière. Il illustre  ainsi concrètement l’évolution d’une séance à l’autre.

Quelques limites sont à préciser :

– Utilisation complexe : besoin d’une capacité de proprioception suffisante, pas toujours évident dans les débuts de rééducation
– Présence parfois d’une double fonction biofeedback/électrostimulation (on rappelle que l’électrostimulation est contre-indiquée)
– Retour sonore pas toujours adapté
– Contraintes dans le choix des électrodes

D’après Martin, F., Bellène, S., Léon (2002). 

Miroir numérique (Effet-miroir)

La méthode de l’effet-miroir vise à travailler les mouvements volontaires dans la recherche d’un sourire symétrique. Le principe est d’utiliser un miroir numérique qui dédouble l’hémiface non paralysée et occulte ainsi le côté paralysé. L’effet miroir ainsi créé renvoie un reflet illusoire symétrique et fonctionnel. Le contrôle cortical du sourire serait amélioré par rapport à une rééducation classique car cette méthode oriente plus précisément la plasticité cérébrale. Le support se veut de plus attractif, dans une démarche de restauration narcissique du patient qui voit son visage non paralysé.

Les Travaux de T. Blanchin et F. Martin (2011 et 2013) ont été réalisés sur des cas de myoplastie d’allongement du temporal.

Quelques limites peuvent être évoquées :  l’effet miroir ne permet pas de contrôler les syncinésies (qui ne sont pas visibles) pour les cas de PFP hypertoniques. De plus, le travail par effet miroir peut risquer de mener à une surimplication du côté sain (le seul visible) pour les cas de PFP flasques. 

Applications sur smartphone 

Inventaire et critiques établis par Diane Picard et Julie Silvain dans le cadre de leur Mémoire (Paris, 2015) :

ANDROÏD

Face Check :

Mesure sur une photo de l’amplitude des mouvements et la symétrie du visage.

Gymnastique Faciale, Face Fitness,
Face Exercices : 

Exercices peu appropriés pour la rééducation (car favorisent le raccourcissement de la fibre).

Face Symmetry  :

Visualisation de la symétrie de son visage, en anglais uniquement et estimée peu fonctionnelle.

IOS (Apple)

Photobooth :

Effets d’optique qui propose
l’effet-miroir.

Face It ! Bell’s Palsy : 

Bonne visualisation de certains exercices de rééducation. Application payante et non traduite en français.

Face Reader : 

Bonne visualisation des différentes expressions du visage et de la mobilisation des muscles peauciers. Application payante et non traduite en français.

 

MICROSOFT :

Facial Yoga  : 

Exercices peu appropriés pour la rééducation (car favorisent le raccourcissement de la fibre).

Check Ur Face : 

Objectivation de la symétrie du visage.

Avatar et réalité virtuelle 

Récemment, plusieurs équipes britanniques coordonnées par le Dr. Charles Nduka ont développé une nouvelle technologie capable de lire les expressions faciales et les émotions : le Facial Remote Activity Monitoring Eyewear (FRAME), de la licence Emteq.

Le patient porte un casque de réalité virtuelle pourvu d’électrodes dans lequel est projeté un avatar interactif qui mime ses expressions au cours des exercices. Un signal est envoyé en cas de contraction trop importante afin d’éviter l’installation des syncinésies.

La projection d’une image 3D permet une immersion totale dans la rééducation grâce à un feedback réaliste et facile à accepter par rapport au reflet du miroir. Le découragement dans le suivi de la thérapie se veut moins important.

Le projet est en cours de testing. 

L’hôpital de la Pitié-Salpêtrière travaille également sur l’élaboration d’un avatar qui reproduit les gestes faciaux du patient via une webcam, dans l’optique de faciliter la rééducation à domicile (Lannadère, Picard, Gatignol 2016).

 

SOURCES

  • Blanchin, T., Martin, F. (2011). Chirurgie maxillo-faciale et rééducation : une association nécessaire ; Les nouveaux axes thérapeutiques pré et post opératoires. Les entretiens de Bichat 2011, 160-164.
  • Blanchin, T., Martin, F., Labbé, D., (2013). Rééducation des paralysies faciales après myoplastie d’allongement du muscle temporal. Intérêt du protocole « effet-miroir ». Annales de Chirurgie Plastique Esthétique, 58 (6), 632 – 637.
  • Clouteau, F. (2002). V3M – Un outil de transmission didactique au service de la rééducation oro-faciale. Rééducation orthophonique n°210, 49-57.
  • Jayatilake, D., Isekazi, T., Gruebler, A., Teramoto, Y., Eguchi, K., Suzuki, K. (2012). A Wearable Robot Mask to Support Rehabilitation of Facial Paralysis. IEEE RAS/EMBS International Conference on Biomedical Robotics and Biomechatronics (4), 24-27.
  • Jayatilake, D., Isekazi, T., Teramoto, Y., Eguchi, K., Suzuki, K., (2014). Robot assisted physiotherapy to support rehabilitation of facial paralysis. Neural Systems and Rehabilitation Engineering,  22(3), 644 – 653.
  • Kashara, T., Ikeda, S., Sugimoto, A., Sugawara, S., Koyama, Y., Toyokura, M., Masakado, Y. (2017).  Efficacy of Tape Feedback Therapy on Synkinesis Following Severe Peripheral Facial Nerve Palsy. Tokai Journal of Experimental and Clinical Medicine, 42(3), 139-142.
  • Lannadère, E., Picard, D., Gatignol, P. (2016). Principes de rééducation d’une paralysie faciale périphérique. Réhabilitation de la face paralyséeLes Monographies Amplifon 60, 89-114.
  • Martin, F., Bellène, S., Léon, S. (2002). Le biofeedback électomyographique appliqué aux fonctions orofaciales. Rééducation orthophonique, 210, 129-137.
  • Mori, M. (1970). The Uncanny Valley. Energy, 7(4), 33-35.
  • Picard, D., Silvain, J. (2015). Intérêt de la création d’un outil de rééducation des paralysies faciales périphériques idiopathiques format DVD (Mémoire pour le Certificat de Capacité d’Orthophonie). Université de Paris.
  • https://emteq.net/blog/2017/5/17/virtual-reality-that-puts-a-smile-back-on-your-face
  • www.facialpalsy.org.uk/research/current-projects-frame-reserach-project/
By |2019-07-23T16:57:52+02:00janvier 17th, 2018|Information professionnelle|0 Comments

About the Author:

Admin
Ortho-PFP est un site créé dans le cadre du Mémoire de fin d'étude d'orthophonie (Caen, 2018) par Orane Ducoudray sous l'encadrement de Madame Marie-Pascale Lambert-Prou, orthophoniste. Réalisé avec l'aide de Dorian Kerberenes. Le contenu se veut uniquement informatif, aucune publicité n'est diffusée au sein du site. Nous attestons de l'absence de liens d'intérêt. Le site ne fait l'objet d'aucun financement extérieur.

Leave A Comment