Contre-indications

Contre-indications

(Last Updated On: 12 juillet 2019)

La rééducation orthophonique de la PFP implique certaines précautions à prendre afin de ne pas nuire à la récupération du patient. Plusieurs pratiques sont ainsi à bannir du suivi :

L’électrostimulation :

En 1984, Le National Center for Health Services Research conclut que l’électrothérapie dans le traitement de la paralysie de Bell n’a démontré aucun bénéfice au niveau fonctionnel et esthétique.

Le recours à la stimulation électrique est proscrit dans le traitement des PFP du fait de son action néfaste sur la récupération. L’électrothérapie risque en effet d’empêcher ou tout du moins de retarder la réponse nerveuse, d’entraver la repousse du nerf et  de provoquer un hémispasme (Hebting et Ferrand, 2015).

En effet, les stimulations électriques excessives créent des anomalies d’orientation du courant électrique à l’intérieur du nerf et provoquent un raccourcissement des fibres. Le muscle devient rigide et douloureux.

Par ailleurs, les muscles du visage sont très proches les uns des autres et il est difficile de placer les électrodes sans toucher des rameaux non concernés. Le risque de présenter des séquelles type syncinésies ou spasme est donc élevé.

La stimulation électrique est parfois utilisée dans certaines études expérimentales à faibles doses contrôlées mais selon plusieurs méta-analyses, les résultats ne sont pas suffisamment probants pour valider un quelconque bénéfice, surtout à long terme (Quinn et Cramp, 2003 ; Texeira, Valbuza et Prado, 2011, Fargher et Coulson, 2017). Elle reste donc déconseillée.

Le professeur Tankéré aborde le sujet dans un reportage diffusé sur Allodocteurs.

Le travail musculaire global :

Il est déconseillé de demander au patient de réaliser des mouvements amples et globaux qui recrutent plusieurs muscles en même temps.

En mobilisant trop de fibres à la fois, le risque d’erreur d’aiguillage dans la reconnexion nerveuse est plus élevé et favorise l’apparition des syncinésies.

On préférera des mouvements analytiques (étage par étage) plus contrôlés et précis afin de guider la repousse axonale vers la cible adéquate.

Le travail musculaire en force et rapide :

Les mouvements en force et trop brusques peuvent envoyer un signal aux mauvais muscles qui se mobilisent alors qu’ils ne sont pas censés être impliqués. Ils entravent la détente du visage et favorisent l’installation d’une spasticité et de syncinésies. De plus, la fatigabilité déjà importante en situation de travail est majorée.

La mastication du chewing-gum n’est donc en aucun cas bénéfique.

De même, des consignes telles que “fermez les yeux aussi fort que possible” ou “souriez largement” ne sont pas adaptés dans les débuts de la rééducation car ils recrutent des unités motrices en excès, ce qui ne correspond de plus pas aux expressions du visage habituelles.

Sont recommandés des mouvements lents et suspendus doucement dès l’apparition d’une contraction sur une autre zone du visage. Afin de limiter la fatigabilité, il est souhaitable de relâcher le visage entre chaque mouvement (Op de Beeck, 1995).

La température : 

Les fibres musculaires sont sensibles à certaines conditions, il est donc conseillé d’éviter l’exposition du visage au froid, qui risque d’accentuer la contractilité des muscles.

SOURCES

  • Fargher, K., Coulson, S. (2017). Effectiveness of electrical stimulation for rehabilitation of facial nerve paralysis. Journal of Physical Therapy Review 22, 169-176.
  • Hebting, J.M. et Ferrand, G. (2015). Kinésithérapie de la face, du crâne et du cou. Issy-les-Moulineaux, France : Elsevier Masson.
  • Lannadère, E. Gatignol, P. (2011). Prise en charge des paralysies faciales périphériques. Les entretiens de Bichat 2011, 79-93.
  • Lannadère, E., Gatignol, P., Picard, D. (2016). Principes de rééducation d’une paralysie faciale périphérique. Les monographies Amplifon, 60 (Réhabilitation de la face paralysée).
  • Op de Beeck, P. (1995). Les paralysies faciales périphériques Aspects théoriques et pratiques. Glossa n°43, 14-25.
  • Quinn, R., Cramp, F. (2003). The efficacy of electrotherapy for Bell’s palsy : a systematic review. Physical Therapy Reviews, 8(3), 151-164.
  • Teixeira LJ, Valbuza JS, Prado GF (2011). Physical therapy for Bell’s palsy (idiopathic facial paralysis). Cochrane Database System Review, 7(12).
  • Facial palsy UK : http://www.facialpalsy.org.uk/support/treatments-therapies/electrical-stimulation/
  • http://bellspalsy.ws/
By |2019-07-12T10:06:34+02:00janvier 20th, 2018|Information professionnelle|0 Comments

About the Author:

Ortho-PFP est un site créé dans le cadre du Mémoire de fin d'étude d'orthophonie (Caen, 2018) par Orane Ducoudray sous l'encadrement de Madame Marie-Pascale Lambert-Prou, orthophoniste. Réalisé avec l'aide de Dorian Kerberenes. Le contenu se veut uniquement informatif, aucune publicité n'est diffusée au sein du site. Nous attestons de l'absence de liens d'intérêt. Le site ne fait l'objet d'aucun financement extérieur.

Leave A Comment